Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Le sénateur Harder exhorte ses collègues à mettre la population canadienne au centre de leurs efforts pour la réforme

 

GRIMSBY (ONTARIO) - Le Sénat du Canada évolue dans le bon sens, mais il n’accomplira son véritable renouvellement que si les Canadiens sont convaincus qu’il travaille dans leur intérêt, croit le sénateur Peter Harder, le représentant du gouvernement au Sénat.

À l’occasion d’une assemblée publique qui a eu lieu à Grimsby, en Ontario, le sénateur Harder a expliqué que les sénateurs doivent poursuivre leurs efforts dynamiques pour réformer la Chambre haute s’ils souhaitent tirer parti de l’élan de bonne volonté à l’égard de la réforme. 

« Je suis d’ici, donc je sais que les gens sont généreux et qu’ils sont prêts à nous accorder le bénéfice du doute, a indiqué M. Harder. Mais je sais aussi que la patience a ses limites et qu’il faut continuer à concrétiser nos paroles. »

Le sénateur Harder a grandi près de Vineland et a fréquenté l’école secondaire à Beamsville District Secondary School avant de poursuivre des études universitaires et de déménager à Ottawa. Il agit actuellement à titre de représentant du gouvernement au Sénat, et il est responsable de piloter les projets de loi à la Chambre haute et de faire progresser le processus de réforme.

Il s’est exprimé aujourd’hui en assemblée publique, alors que lui et six autres sénateurs indépendants souligneront bientôt le premier anniversaire de leur nomination. Ils ont été les premiers sénateurs nommés dans le cadre d’un processus non partisan fondé sur le mérite dont le but est de faire du Sénat une institution plus indépendante, responsable et transparente. Celui-ci compte actuellement 42 sénateurs indépendants, 39 sénateurs conservateurs et 19 sénateurs libéraux. Cinq postes sont vacants.

Le sénateur Harder a affirmé que le nouveau processus a mené à la nomination de nombreux Canadiens extrêmement qualifiés à la Chambre haute, qui ne vote plus selon les lignes de parti. Le nouveau processus modifie la nature du discours : le Sénat, autrefois dépeint avec des mots comme favoritisme, scandale et inutilité, est en train de redevenir l’institution souhaitée par les Pères de la Confédération.

« Au fur et à mesure que les changements deviennent tangibles, les Canadiens commencent à comprendre le rôle important que le Sénat joue pour l’adoption de saines lois », a indiqué le sénateur Harder. Il a ajouté que les sénateurs ont fait modifier différents projets de loi, notamment celui sur l’aide médicale à mourir et celui sur la protection du consommateur, ainsi qu’un autre sur la discrimination sexuelle dans la Loi sur les Indiens.

Il a toutefois ajouté que les débats sont parfois indument retardés à la Chambre haute, et que si l’adoption des lois devenait fastidieuse, les Canadiens ne manqueraient pas de réagir.

« En définitive, notre travail ne consiste pas simplement à donner au Sénat une belle image. Notre rôle consiste à aider notre pays dans sa marche vers l’avant, à améliorer nos lois et à agir dans l’intérêt public », a-t-il conclu.

 

Document d’information 

Notre cheminement vers le renouvellement 

Un certain nombre de changements importants ont été apportés depuis un an à la chambre de second examen modéré et réfléchi, mais il reste encore beaucoup d’important travail à faire. Voici quelques exemples de ces changements :

  • Avant la mise en place d’un nouveau processus de nomination fondé sur le mérite, le Sénat comptait 42 conservateurs, 26 libéraux et 13 indépendants. Aujourd’hui, on y trouve 42 sénateurs indépendants, 39 conservateurs et 19 libéraux. Cinq sièges vacants.
  • Divers projets de loi ont été amendés au Sénat, ou encore le gouvernement a accepté d’y apporter certains changements à la suggestion des sénateurs. Ces projets de loi sont, entre autres, la prestation d’une aide médicale à mourir, la protection des consommateurs en vertu de la Loi sur les banques, de nouvelles dispositions en matière de sécurité automobile et l’abolition de certaines pratiques discriminatoires liées au statut d’Indien.
  • Quatre-vingt-quatre rapports du Sénat sur des projets de loi et d’autres questions ont été publiés depuis avril dernier, portant notamment sur la démence, les accords de libre-échange, l’infrastructure, la réinstallation des Syriens et l’obésité.
  • Des sénateurs indépendants ont parrainé 10 projets de loi d’initiative parlementaire, et des membres de l’équipe représentant le gouvernement en ont parrainé 10 autres. En outre, trois sénateurs libéraux ont été les parrains de projets de loi, de même qu’un conservateur. Par le passé, des sénateurs représentant le gouvernement présentaient généralement les projets de loi.
  • Les sénateurs indépendants jouissent maintenant d’une représentation proportionnelle au sein des comités (40 % de sénateurs indépendants, 40 % de conservateurs et 20 % de libéraux). Ils font également l’objet d’engagements accrus sur le plan du financement.
  • Les dépenses des sénateurs et les registres des présences sont maintenant publiés sur un site Web public. 
  • Les ministres assistent chaque semaine à la période des questions du Sénat.

 

Les autres recommandations du Comité sur la modernisation du Sénat sont, entre autres, les suivantes :

  • La télédiffusion des débats du Sénat;
  • la soumission au premier ministre de recommandations sur la nomination d’un Président.