Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Déclaration: La Journée internationale des femmes

Déclaration au Sénat

L'honorable Peter Harder (représentant du gouvernement au Sénat) : Honorables sénateurs, alors que je prends la parole au sujet de la Journée internationale des femmes, je dois admettre à quel point il est injuste de n'accorder qu'une journée sur 365 à la reconnaissance de l'importance essentielle de l'égalité entre les sexes pour le bien-être d'une société.

La dette que nous avons vis-à-vis des femmes de notre vie commence dès notre premier souffle. Si nous avons la chance — c'est de la chance la plupart du temps — d'avoir des sœurs, notre respect à l'égard du pouvoir des femmes commence dès le plus jeune âge.

L'atteinte de l'équité entre les sexes au Canada a avancé à un rythme lent.

L'histoire politique est parsemée de « premières » : Cairine Wilson, première femme nommée au Sénat, Agnes Macphail, première femme élue à la Chambre des communes, et Kim Campbell, première femme première ministre.

En tant que jeune agent du service extérieur, j'ai eu la chance d'être l'adjoint politique d'une autre « première », soit la première femme à occuper le poste de ministre des Affaires étrangères du Canada, l'honorable Flora MacDonald. Je vous prie de croire qu'il fallait avoir les reins solides pour occuper ce poste.

Aujourd'hui, nous avons le privilège de siéger au Sénat en compagnie de collègues exceptionnelles, qui ont chacune à leur façon apporté leur contribution au Canada. Chacune d'entre elles a, par ses gestes, su remettre en question les présomptions et aplanir les obstacles, contribuant ainsi grandement au Sénat et au Canada.

La courte période accordée aux déclarations de sénateurs ne me permet pas d'énumérer toutes ces collègues extraordinaires et leurs contributions, mais permettez-moi de rendre hommage à notre doyenne au Sénat, l'honorable Anne Cools. Permettez-moi aussi de rendre hommage à la sénatrice Nancy Ruth, dont les efforts ont permis de faire en sorte que l'analyse comparative entre les sexes fasse maintenant partie des critères d'évaluation au sein de l'appareil gouvernemental.

Je suis certain que mes honorables collègues partagent mon enthousiasme pour l'évolution rapide que nous voyons aujourd'hui, tant dans cette Chambre qu'à l'autre endroit. Lorsque le Parlement s'est réuni en décembre 2015, il y avait 31 sénatrices et 52 sénateurs. Aujourd'hui, nous comptons 43 sénatrices et 57 sénateurs.

Parmi les 27 sénateurs qui ont été nommés l'an dernier dans le cadre de ce processus indépendant, on compte 16 femmes et 11 hommes. Il faut poursuivre dans cette voie.

N'oublions pas non plus que le gouvernement libéral a écrit une page d'histoire en constituant un Cabinet composé d'autant d'hommes que de femmes.

Lorsqu'on atteint la parité hommes-femmes, on fait en sorte, au-delà de l'idée de précédents, que l'équité et l'inclusion deviennent la norme. La participation de tous les citoyens profite à tous.

La Journée internationale des femmes nous rappelle cette réalité et nous permet de voir tout le chemin parcouru, mais aussi tout ce qu'il reste à faire pour que la société canadienne soit pleinement équitable et égalitaire.